scenographies

Anamorphic Rug #1

in
Augures, 2012

“Anamorphic Rug #1” est une installation visuelle conçue par Nadia Lauro pour la pièce chorégraphique Augures d’ Emmanuelle Huynh

C’ est une fiction anamorphique traversée par l’imaginaire du film Shining de Stanley Kubrick.
L’hotel comme personnage.
“Anamorphic Rug #1″ est un tapis qui, en dépit des apparences, est un dispositif optique régi par les lois de “l’art de la perspective secrète”. 
C’est un tapis qui génère une ambiguïté perceptive entre l”illusion visuelle d’un paysage en reliefs et la réalité bi-dimensionnelle sur laquelle évolue les “habitants”.

Nadia Lauro – Anamorphic Rug #1 - Anamorphic Rug #1 2012
Nadia Lauro – Anamorphic Rug #1 - Anamorphic Rug #1 2012
Nadia Lauro – Anamorphic Rug #1 - Anamorphic Rug #1 2012
Nadia Lauro – Anamorphic Rug #1 - Anamorphic Rug #1 2012
Nadia Lauro – Anamorphic Rug #1 - Anamorphic Rug #1 2012

Augures déjoue  le mythe de l’unicité de l’être en s’appuyant sur ce qui, de l’enfance  à l’âge adulte, ne cesse de se rejouer, de s’inventer en multipliant les visages qui se succèdent, apparaissant, s’évanouissant au gré des étapes vibrantes de nos existences.
Scandé par le rythme d’une chute infinie, l’espace de la performance s’offrira comme un personnage en soi, interlocuteur privilégié pour les sept interprètes qui feront l’expérience d’une solitude peuplée.
De Mùa, son solo fondateur, à Cribles sa dernière pièce, Emmanuelle Huynh renouvelle à chaque création son écriture chorégraphique, la plupart du temps en croisement avec d’autres disciplines.
 Shining, le film de Stanley Kubrick  a constitué un des points d’appui  du  travail qui s’articule autour de  la chute comprise comme image de la condition de l’homme, oscillant sans cesse entre équilibre et déséquilibre, et la figure d’un être, abritant passé et futur, appelé à se transformer, à se multiplier et à se perpétuer.
Tomber, avancer, se transformer, se démultiplier : voilà ce qui anime Augures, comme le présage de quelque chose  qui n’est pas encore là mais qui se laisse deviner, « apparaissant, s’évanouissant au gré des étapes vibrantes de nos existences. »
 Emmanuelle Huynh sonde le un et le multiple, à travers les visages que l’on porte en soi et la confrontation parfois douloureuse aux autres. A travers l’exploration de solitudes peuplées, Emmanuelle Huynh observe l’âpreté du « un » face au « plus d’un » .
Grâce à une scénographie qui dessine plusieurs espaces, comme les pièces d’un hôtel, différentes humeurs, différentes couleurs peuvent se succéder.
Augures est ainsi une manière de conjuguer, sur scène, dans le présent de la représentation, le passé et le futur que chacun porte en soi.

Credits Augures

conception. Emmanuelle Huynh

collaborateur artistique Pascal Quéneau

fabrication et interprétation Nuno Bizarro, Yoann Demichelis, Talia de Vries, Corinne Garcia, Fragan Gelkher, Christophe Ives, Betty Tchomanga

interprètes associés au travail Madeleine Fournier, Aline Landreau, Johann Nöhles, Marie Orts

dispositif scénographique et costumes Nadia Lauro

lumière Yannick Fouassier

son Olivier Renouf

conseiller Alexandre Del Perugia

réalisation des costumes Michèle Amet

photographies Marc Domage

direction technique et régie plateau François Le Maguer

régie son Alain Cherouvrier

Photos Marc Domage

 

création Centre national de danse contemporaine Angers, 2012

 

production Centre national de danse contemporaine Angers
coproduction Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis