scenographies

Geothermie

in
Chro no lo gi cal, 2018

“Geothermie” est un dispositif scénographique imaginé par Nadia Lauro pour le projet Chro no lo gi cal de Yasmine Hugonnet.

“Geothermie” est constitué de 3 niveaux ascendants qui prolongent la pente du gradin vers le lointain. C’est un espace métaphysique, un lieu intemporel, une sorte d’architecture géothermique. Les ronds de fumée s’échappent des dessous. Poussières et petites fumées font écho à l’immatérialité des voix ventriloquées qui habitent les lieux.

Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018
Nadia Lauro – Geothermie - Geothermie 2018

Credits Chro no lo gi cal

conception & chorégraphie  Yasmine Hugonnet

avec  Ruth Childs, Audrey Gaisan-Doncel, Yasmine Hugonnet

assistante & replay  Isabelle Vesseron

conception scénographie  Nadia Lauro

création lumière  Dominique Dardant

sonorisation  Frédéric Morier

regard extérieur  Mathieu Bouvier

collaboration artistique et composition vocale  Michael Nick

réalisation costumes  Machteld Vis, Karine Dubois

assistante backup  Claire Dessimoz

texte  Lucrèce, De rerum Natura, Livre V, 534-563 (extrait de Equilibre de la terre), texte original en latin, Flammarion, Paris, 1997, p. 345

administration & Production  Cristina Martinoni & Morgane Akermann

diffusion / Touring   Jérôme Pique

photo  Nadia Lauro

 

création  Théatre Vidy Lausanne 2018

 

coproduction : Théâtre Vidy-Lausanne (CH), CDC – Atelier de Paris CDCN, Paris (FR), CCN de Caen en Normandie dans le cadre du dispositif accueil-studio (FR), CCN de Rillieux-la-Pape dans le cadre du dispositif accueil-studio (FR).

soutiens : Canton de Vaud, Ville de Lausanne, Pro Helvetia – Fondation Suisse pour la Culture, Loterie Romande, Bourse SSA, Fondation Ersnt Göhner, Fondation Nestlé pour l’Art, Fondation Stanley Thomas Johnson, Pour-cent Cuturel Migros
Une coproduction dans le cadre du Fonds des programmateurs de Reso – Réseau Danse Suisse. Soutenue par Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture


Existe-t-il un peu de présent à l’état pur ? Peut-on arracher un peu de présent à la course du temps ?

Dostoïevski, dans Les Démons, disait que ce présent là est un contact soudain avec « l’harmonie éternelle ». C’est une extase, poétique ou mystique, mais elle ne peut pas durer plus de cinq secondes. Au delà de cinq secondes de présent pur, c’est l’épilepsie.

Pour Marcel Proust, « un peu de temps à l’état pur » nous est offert quand une émotion ancienne résonne dans une émotion actuelle. Elle est alors vécue de nouveaudans le passé, et le souvenir présent s’en trouve changé. Toucher un peu de temps à l’état pur, c’est avoir un souvenir au présent.

Le présent est un bruit de source, perpétuel plutôt qu’éternel, un roulis entre le déjà et le encore.

La danse propose une expérience du temps qui échappe aux horloges, un temps à vivre dans les poids plutôt que dans les mesures. Pour les corps vivants en effet, la durée s’éprouve d’abord dans le versement du poids : la naissance d’un bond, la croissance d’une feuille, la chute dans le sommeil. Dans les corps, les poids poussent, roulent, coulent et ne se divisent pas. Ainsi font les secondes, les minutes, les sensations et les pensées : elles naissent de partout, elles vivent dans l’oubli de leurs métamorphoses, dans le dur désir de durer, pour reprendre les mots de Paul Eluard.

Ainsi font les danses de Yasmine Hugonnet : forces qui germinent, croissent et se transforment sans cesse, suivant des flux mêlés d’effort et de relâchement, de progressions et de rétentions, de devenirs puisés aux souvenirs, de gestes imminents et d’images rémanentes.

CHRO NO LO GI CAL ouvre des béances rythmiques dans le nombre du temps, pour en explorer d’autres consistances, plus plastiques : vitesses atomiques, ondes gravitationnelles, flash-backs et déjà-vus, hantises dans les gestes, fantômes dans la voix, paroles d’avant les mots, danses d’après la fin, survivances de savoirs archaïques dans les habits neufs du contemporain.

A l’instar des trous noirs qui avalent le temps dans l’univers, le langage est aussi une béance au sein du corps, il nous met toujours un peu en retard ou en avance sur le monde, sur la présence pure. La ventriloquie, dont Yasmine Hugonnet partage la pratique avec ses comparses Audrey Gaisan et Ruth Childs, creuse et habite cette béance : un écart entre le visage et la voix, un hiatus entre la voix et les mots, un mouvement de pensée qui remonte du fond d’archives des vivants, surgit dans un souffle, traverse le visage comme un cri, et prend corps dans une danse.

Mathieu Bouvier – novembre 2018

Credits Chro no lo gi cal

conception & chorégraphie  Yasmine Hugonnet

avec  Ruth Childs, Audrey Gaisan-Doncel, Yasmine Hugonnet

assistante & replay  Isabelle Vesseron

conception scénographie  Nadia Lauro

création lumière  Dominique Dardant

sonorisation  Frédéric Morier

regard extérieur  Mathieu Bouvier

collaboration artistique et composition vocale  Michael Nick

réalisation costumes  Machteld Vis, Karine Dubois

assistante backup  Claire Dessimoz

texte  Lucrèce, De rerum Natura, Livre V, 534-563 (extrait de Equilibre de la terre), texte original en latin, Flammarion, Paris, 1997, p. 345

administration & Production  Cristina Martinoni & Morgane Akermann

diffusion / Touring   Jérôme Pique

photo  Nadia Lauro

 

création  Théatre Vidy Lausanne 2018

 

coproduction : Théâtre Vidy-Lausanne (CH), CDC – Atelier de Paris CDCN, Paris (FR), CCN de Caen en Normandie dans le cadre du dispositif accueil-studio (FR), CCN de Rillieux-la-Pape dans le cadre du dispositif accueil-studio (FR).

soutiens : Canton de Vaud, Ville de Lausanne, Pro Helvetia – Fondation Suisse pour la Culture, Loterie Romande, Bourse SSA, Fondation Ersnt Göhner, Fondation Nestlé pour l’Art, Fondation Stanley Thomas Johnson, Pour-cent Cuturel Migros
Une coproduction dans le cadre du Fonds des programmateurs de Reso – Réseau Danse Suisse. Soutenue par Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture